Notre société se numérise au service du développement et du bien être de chacun. Mais sans accès ni maîtrise des outils numériques, le quotidien des plus fragiles se complique davantage. Francky, Michel et Khary nous racontent, dans cette vidéo, le rôle primordial que le téléphone et internet jouent dans leur quotidien

Michel : gagner en autonomie dans sa recherche d’emploi

michel-portrait« Le téléphone et Internet sont indispensables à mes démarches administratives et à ma recherche d’emploi. A l’époque où j’étais déménageur en intérim, je devais être joignable à n’importe quel moment de la journée. Si une offre tombait à 8h du matin, à 9h elle devait être pourvue. Si l’employeur n’arrive pas à vous joindre, il propose l’offre à une autre personne. Il y a quelques mois, j’ai eu une période difficile où je logeais en centre d’hébergement. Le téléphone m’était indispensable pour garder le contact avec mes proches et surtout mon assistante sociale. Alors je me suis inscrit au programme de terrain d’Emmaüs Connect, pour le téléphone d’abord et puis je me suis mis à internet il y a quelques mois. J’ai choisi les recharges prépayées proposées car elles me permettaient de gérer ma consommation à moindre coût.

Aujourd’hui j’ai retrouvé un logement. La prochaine étape est de trouver un emploi. Pour cela, internet va m’être indispensable : les offres, les candidatures…aujourd’hui  tout se passe en ligne ! J’ai donc acheté avec le programme de terrain d’Emmaüs Connect un ordinateur d’occasion et grâce au Webtrotter je peux enfin me connecter de chez moi. Cela simplifie beaucoup mon quotidien, je ne suis plus obligé de me déplacer avec mon ordinateur pour trouver une connexion gratuite. Pour retrouver un emploi, je dois aussi passer mon permis de conduire. Je me suis inscrit au code en ligne que j’ai eu du premier coup car je pouvais m’entrainer chez moi régulièrement sur mon ordinateur.  De nos jours, on doit savoir se servir d’un ordinateur comme on doit savoir marcher, c’est normal ! »

Khary : garder le lien avec la famille

portrait-kahry« Je viens du Sénégal où se trouve toute ma famille et je travaille en France où je vis avec mes deux enfants. Le téléphone et Internet sont des outils formidables pour garder le lien avec mes proches. Avoir des nouvelles de sa famille, ça met du baume au cœur, ça donne de l’énergie pour aller travailler et pour s’en sortir. Avant j’allais au taxiphone mais j’avais des dépenses exorbitantes. Sans limitation de durée,  vous ne voyez pas le temps passer. Et même si pour la famille on ne compte pas, avec mon petit salaire, il me fallait trouver une solution moins coûteuse. J’ai découvert les recharges du programme de terrain d’Emmaüs Connect, ça m’a beaucoup aidé à réduire mon budget téléphonie. Et puis, on m’a parlé de Skype. Et là, je me suis dit que ce serait formidable si je pouvais apprendre à me servir d’un ordinateur. J’ai donc commencé à prendre des cours, à demander des conseils autour de moi. Même mon fils de 10 ans s’est mis à m’aider quand il rentre de l’école. D’ailleurs, pour moi apprendre à me servir de l’informatique c’est être aussi capable de l’aider avec les devoirs et de pouvoir encadrer l’utilisation de l’ordinateur à la maison. Je veux savoir ce qu’il fait, poser des limites. Aujourd’hui, je bidouille un peu, mais surtout, je peux « skyper » avec ma famille. Ce n’est pas gratuit, mais c’est toujours moins cher qu’un billet d’avion pour le Sénégal. »

Francky : lutter contre l’exclusion et se sentir en sécurité

portrait-francky« Il y a quelques temps, j’ai connu une période très difficile sans logement et sans emploi. Faute de téléphone, je me suis retrouvé dans des situations très difficiles où je ne pouvais ni joindre le 115, les urgences sociales, pour me mettre à l’abri ni chercher de travail, ni même me tenir au courant de la santé de mes parents. Un jour un employeur a essayé de me joindre pour un emploi de mécano, mais je n’avais plus mon numéro. Je l’ai appris 3 semaines après, bien trop tard. C’est très frustrant. Sans téléphone, aucune démarche ne peut avancer, on reste à la rue, on reste sur le carreau.

Un téléphone ça peut sauver de la misère, ça peut sauver de situations d’urgence : problème de santé, d’insécurité. Mes périodes de galère m’ont appris la valeur de ce bidule : en 2013, un téléphone c’est vital. Aujourd’hui, je travaille et reste connecté ! »

Code de sécurité :
captcha